Accueil > La DREAL ?

Actualités

Dépôts de cendres de charbon

Evaluation de l‌’impact radiologique de cinq dépôts de cendres de charbon de la région Nord-Pas-de-Calais

Publié le mardi 1er février 2011  
Prévention des risques
| partager | envoyer un Email � | flux rss

Sur cinq sites de dépôts de cendres ex-Charbonnages de France potentiellement soumis à un phénomène de « radioactivité naturelle renforcée », la DREAL a demandé la réalisation d‌’études d‌’évaluation de l‌’exposition des populations aux impacts radiologiques potentiels. Menée par l‌’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), l‌’étude a conclu au caractère négligeable de l‌’impact radiologique associé aux cinq stockages de cendres examinés.

Certains procédés industriels mettent en œuvre des matières premières contenant naturellement des radionucléides, mais non spécifiquement utilisées en raison de leurs propriétés radioactives.

Ces procédés conduisent alors à ce que la radioactivité naturelle des matières entrantes soit concentrée dans les déchets ou dans les sous-produits de la production, qui sont alors dits « à radioactivité naturelle renforcée ».

Parmi ces procédés, la combustion du charbon dans les centrales thermiques de production d‌’électricité concentre les éléments radioactifs, naturellement présents dans le charbon, dans les cendres volantes. Ces cendres volantes ont le plus souvent été stockées sous forme de tas, dans des terrils miniers ou dans des parcs à cendres.

La région Nord-Pas-de-Calais est particulièrement concernée par cette problématique avec 15 sites de dépôt de cendres volantes d‌’anciennes ou d‌’actuelles centrales thermiques.

A ce titre, afin de respecter les recommandations du Haut Comité pour la Transparence et l‌’Information sur la Sûreté Nucléaire, la DREAL Nord-Pas-de-Calais a proposé aux préfets de départements d‌’imposer aux responsables de ces dépôts de cendres d‌’évaluer leur impact radiologique potentiel sur les populations avoisinantes.

Cinq de ces sites de dépôts de cendres, basés sur les communes de Choques, Fouquereuil, Fouquières-lez-Lens, Haillicourt (Pas-de-Calais) et Dechy (Nord), sont restés sans exploitant identifié suite à la liquidation des Charbonnages de France. Pour ces sites, l‌’Etat est donc garant de la prévention des dommages causés par les anciennes activités minières. Par convention, l‌’Etat a confié les fonctions opérationnelles au Bureau de Recherche Géologique et Minière (BRGM), qui a créé un département dédié à cet effet, le Département Prévention et Sécurité Minière (DPSM), chargé d‌’assurer la mise en sécurité des sites en qualité de maître d’ouvrage délégué, et leur surveillance que ce soit au titre du code minier ou du code de l’environnement.

Pour ces cinq sites, la DREAL a donc demandé à l‌’unité territoriale Nord du DPSM de réaliser, avec l‌’appui de l‌’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), les études d‌’évaluation de l‌’exposition des populations aux impacts radiologiques potentiels.

Cette étude a été remise aux Préfets de départements le 20 décembre 2010. Elle met en évidence que le niveau de radioactivité sur les sites et dans leur environnement reste comparable à celui caractéristique du milieu de référence régional, et conclut au caractère négligeable de l‌’impact radiologique associé aux cinq stockages de cendres examinés.

  • Pour en savoir plus : L‌’intégralité de l‌’étude est téléchargeable ci-à droite
Événements

© DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - CS 40259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78 | Certifiée Iso 9001 : 2008 et Iso 14001 : 2004

Fermer le menu
Fermer le menu
  • La région Nord - Pas-de-Calais est fortement soumise aux risques, tant naturels que technologiques. Une culture de la prise en compte, de la gestion et de l‌’information se conforte et se développe. Le Nord-Pas de Calais est une région industrielle, très dynamique. C’est la région la plus densément peuplée de France après l’Île-de-France. Les enjeux humains et économiques sont donc conséquents et conduisent à un haut niveau de risque, même pour des aléas faibles.

    Elle est très concernée pour tous les types de risques :

    risques technologiques :

    • 74 sites Seveso,
    • 30 PPRT,
    • 2100 km de canalisations de transport

    risques chroniques

    • 1544 ICPE industrielles soumises à autorisation ou enregistrement,
    • 13% des sites pollués BASOL recensés au niveau national

    risques naturels :

    • deux communes sur trois ont fait l’objet d’un arrêté de catastrophe naturelle ces 30 dernières années suite à une inondation,
    • le littoral Nord-Pas de Calais connait les plus forts taux d’érosion en France et recule sur près de 60% de son linéaire,
    • plus de 400 000 personnes habitent sur le polder des Wateringues
    • plus de 300 communes sont situées à l’aplomb de cavités souterraines liées à d’anciennes carrière de craie,

    risques miniers : 280 communes concernées par l’exploitation minière

    La prévention des risques de toute nature est une des toutes premières priorités de l’Etat en région. La DREAL intervient dans les domaines suivants :

    • Prévention des pollutions et des risques naturels et technologiques
    • Prévention de tout risque lié à l’environnement
    • Contrôle et sécurité des installations industrielles
    • Prévention du bruit
    • Gestion des déchets

    Retrouver dans cette rubrique les informations relatives au service de prévision des crues, à la directive inondation, aux risques naturels littoraux, aux plans de prévention des risques technologiques.

  • La gestion, le suivi et le contrôle de l‌’accès aux métiers liés au transport routier et le contrôle de véhicules.

  • Agir sur la demande de déplacement, favoriser l‌’intermodalité, assurer l‌’aménagement et la requalification environnementale du réseau routier national.

  • Le changement climatique, la consommation d’énergie, la production de déchets, les menaces pour la santé publique, la pauvreté et l’exclusion sociale, la gestion des ressources naturelles, la perte de biodiversité, l’utilisation des sols sont autant de défis qui nous amènent à repenser notre économie et notre croissance en faveur d’une société plus "sobre" !

    Si le développement durable s’impose aujourd’hui comme une nécessité, il est également une formidable opportunité pour reconstruire notre économie et notre société. Auparavant essentiellement abordée à travers leur volet environnemental, les démarches de développement durable s’appuient désormais pleinement sur leur pilier social. Associer la population en instaurant de nouveaux modes de gouvernance, notamment via la concertation et la consultation, est un élément déterminant de cette stratégie.

    En Nord – Pas de Calais, le GIP CERDD (Centre ressource du développement durable) est un relais original, co-présidé par l’État et la Région, des politiques publiques de développement durable.

Fermer le menu

Voir tous les dossiers

Fermer le menu

Cet espace regroupe des espaces collaboratifs. L’accès au contenu requiert une authentification.