DREAL Nord - Pas-de-Calais
  • Version imprimable de cet article Version imprimable
  • Télécharger au format PDF

Donner votre avis

Si vous souhaitez partager votre opinion, émettre des suggestions ... sur cet article, vous êtes inviter à participer à l'Atlas citoyen

Paysages de la plaine de la Lys

Thématiques transversales

Le bocage urbain

jeudi 9 juin 2011

Absence de volonté ?

L’urbanisation linéaire pourrait s’analyser comme une absence de volonté de gérer le développement urbain. première vue, sa mise en oeuvre apparaît peu coûteuse à la collectivité. Appuyé sur des voies existantes (dans un premier temps), l’habitat linéaire se passe d’espaces publics pour les échanges et le lien social, ces derniers se trouvant souvent au centre du village. Sur le plan environnemental, l’impact est conséquent en matière de réseaux, mais également en raison de l’usage « obligatoire » de la voiture, même pour aller acheter une baguette de pain... L’habitat linéaire, véritable héritage urbain des temps passés, apparaît bien peu compatible avec le développement durable.

Les trois principales plaines du Bas Pays - plaine maritime, plaine de la Lys et plaine de la Scarpe - ont en commun une forme urbaine particulière : l’habitat linéaire.

Cette forme de répartition de l’habitat apparaît comme une déclinaison spécifique de l’habitat dispersé présent dans la région dès que les sols sont lourds, imperméables. L’alimentation en eau potable - uniquement par ruissellement - de l’unité de base que constitue la ferme serait l’explication de la dispersion de l’habitat du Boulonnais à la Flandre en passant par l’Avesnois. Entre les paysages de dispersion aléatoire (les deux principaux paysages de bocage de la région) et les paysages de « dispersion linéarisée », la principale différence tient à la contrainte hydraulique. Dans les plaines, les chemins d’eau (watergangs) sont doublés de chemins de terre sur lesquels se greffent obligatoirement les fermes.

Entre les grandes exploitations, mais toujours sur le fil du chemin, s’intercalent des exploitations plus modestes, de simples maisons d’ouvriers agricoles, d’artisans, etc. Avec l’industrialisation de proximité qu’ont connue ces plaines, commencent les phénomènes de périurbanisation, et ce dès le XIXème siècle. Les maisons d’ouvriers comblent des trous ou poursuivent un peu plus loin l’urbanisation d’une rue. C’est ainsi que lentement s’édifie cette structure linéaire qui signe systématiquement les paysages de plaine. Une dernière précision vise à distinguer ces paysages de l’urbanisation linéarisée des vallées encaissées du Haut Pays.

Dans les plaines, la contrainte topographique n’existe pas ; le village ne se niche pas à la rupture de pente tentant d’échapper aux éventuelles inondations tout en préservant les terres de coteau. Dans la plaine, la contrainte hydraulique justifie seule le chemin qui justifie la rue, mais la lisibilité dans les paysages de cette chaîne causale n’est guère évidente. Il faut par ailleurs noter que l’habitat linéaire des plaines ne dispense pas ces dernières de posséder des villes importantes ou des centralités secondaires dotées de centres-villes denses. L’habitat linéaire est donc un habitat de campagnes, confrontées de longue date à des vagues urbaines. L’impact visuel de cet urbanisme est assez régulier au sein de ces plaines. Le Sud de la plaine de la Scarpe, l’Ouest de la plaine de la Lys, le coeur de la plaine maritime offrent ces paysages dans une forme à peu près stabilisée.

JPEG - 93.8 ko
Urbanisation et type d’habitat dans la région Nord - Pas-de-Calais

La rue et la campagne dialoguent encore l’une avec l’autre. L’Est de la plaine de la Lys, le Nord de celle de la Scarpe et les proximités urbaines de Calais et Dunkerque dans le plaine maritime révèlent l’évolution de ces paysages vers de véritables « bocages urbains » d’ou la campagne se retire. Dans cette disparition visuelle, n’y a-t-il pas un germe plus radical ? Ne plus être vu et donc ne plus « faire paysage », n’est-ce pas un jour ou l’autre ne plus exister du tout !

DREAL Nord - Pas-de-Calais 44, rue de Tournai - BP 259 - 59019 LILLE Cedex | Tel : 03 20 13 48 48 | Fax : 03 20 13 48 78

Approche générale et culturelle

Les grands paysages régionaux

Carte des paysages Paysages du Val d'Authie Paysages du Val d'Authie Paysages avenois Paysages boulonnais Paysages des coteaux calaisiens et du pays de Licques Paysages du ternois Paysages montreuillois Paysages des hauts plateaux artésiens Paysages de la plaine de la Lys Paysages du pays d'Aires Paysages des grands plateaux artésiens et cambrésiens Paysages hennuyers Paysages des belvédères d'Artois et des vallées de Scarpe et de Sensée Paysages miniers Paysages de la Pévèle et de la plaine la de Scarpe Paysages métropolitains Paysages Audomarois Paysages du Houtland Paysages de la plaine maritime Paysages des dunes et estuaires d'Opale Paysages des falaises d'Opales Paysages des dunes de mer du Nord